Rétine, vision, DMLA : l’alimentation joue un grand rôle

La rétine est composée de cellules sensibles à la lumière appelées photorécepteurs, dont le but est de transformer les signaux lumineux reçus par l’œil en signaux électriques acheminés vers le cerveau qui « comprendra » l’image reçue.

En son centre, de la lutéine…. le bébé naissant a une vision très imparfaite, entre autres parce qu’il lui manque de la lutéine. Celle-ci est uniquement alimentaire. Si sa mère ne consomme pas ou peu de lutéine, sa vision alors prendra du retard.

Merci DALI

Ces cellules de la rétine sont détruites au cours de la DMLA, ce qui peut mener à la cécité.
En plus de la lutéine, des chercheurs de l’INRAE découvrent qu’ne insuffisance en acides gras oméga-3 dans la rétine,  jusqu’alors impossible à mesurer, est en cause.

Grâce à des études récentes, ces scientifiques de l’INRAE ont pu montrer qu’une concentration élevée du biomarqueur sanguin était associée à un moindre risque d’avoir une forme avancée de DMLA et que la concentration du biomarqueur augmentait après supplémentation en acides gras oméga-3.

Une fois identifiées les patients atteins de DMLA, un accompagnement sur le plan nutritionnel permettrait d’y pallier. Un brevet sur ce biomarqueur prédictif du statut rétinien en acides gras oméga-3 et l’algorithme de prédiction a été déposé par INRAE et l’Inserm.
Ces résultats ont été publiés le 30 juin 2021 dans la revue Clinical and Translational Medicine.

https://www.senioractu.com/DMLA-un-biomarqueur-sanguin-pour-evaluer-le-risque-lie-a-l-alimentation_a23783.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>