Probiotiques et chikungunya

Les effets du virus du chikungunya varient beaucoup entre les personnes et les chercheurs ont essayé de trouver une explication. Il semblerait que l’état du microbiote y soit pour quelque chose : un microbiote en bonne santé pourrait aider à réduire la sévérité du virus et la propagation. Si une personne infectée est piquée par un autre moustique, il y a plus de chance que ce moustique soit infecté à son tour si le microbiote de la personne n’est pas sain.

Pour le démontrer, les chercheurs ont infecté trois groupes de souris avec le chikungunya. Le premier avait été traité avec des antibiotiques pour éliminer leurs bactéries digestives, le second également mais cela avait été suivi d’une inoculation avec C. scindens pour repeupler leurs intestins. Le troisième groupe n’avait subi aucun traitement particulier. Plus de la moitié des moustiques ayant consommé des échantillons de sang du premier groupe ont été infecté par le virus, contre moins d’un tiers pour les deux autres groupes.

Constance Goujard, NutriMarketing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>