Déjeuner au bureau ou pas ?

Une étude réalisée par Lightspeed durant l’été 2021 montre que :

  • 26 % des sondés ne souhaitent plus retourner au bureau.
  • 36 % des Français préfèrent désormais amener leur déjeuner au bureau plutôt qu’aller au restaurant, un chiffre en nette hausse.
  • Ceux qui comptent continuer à fréquenter les restaurants plébiscitent désormais les solutions numériques pour leur rapidité (41%) et la multiplicité des modes de paiement proposés (32%).
  • Mais la moitié des répondants restent convaincus que partager des repas entre collègues au restaurant permet de rapprocher et souder une équipe.

Pourtant, le chemin vers le restaurant semblait une priorité pour les Français. En effet, ils étaient 60 % en janvier dernier à vouloir retourner au restaurant et 35 % prêts à payer plus cher pour soutenir la profession (Sondage Lightspeed auprès de 1000 Français(es) âgés de 18 à 65 ans en janvier 2021).

Alors que le gouvernement assouplit les règles d’accueil des salariés en entreprise, le retour au bureau est pour certains, synonyme de retour à la « vie normale », pour d’autres, bien difficile. Entre pass sanitaire, campagne vaccinale et  vagues successives, la flexibilité qu’octroie le télétravail serait-elle devenue un espace de liberté ?

Malgré tout, les salariés veulent avant tout renouer les liens parfois distendus par l’éloignement, recommencer à travailler ensemble. Partager un repas au restaurant est une bonne manière de se retrouver. Mais là aussi, les Français restent pragmatiques : 36 % des Français déclarent qu’ils apporteront leur déjeuner au bureau et se restaureront sur place, plutôt que se rendre dans un restaurant. C’est 10% de plus qu’en mai 2021 (Etude CREDOC).

Consommateurs indécis ou inquiets, désireux malgré tout de retrouver une cohésion sociale et professionnelle, pass sanitaire qui ne fait pas l’unanimité sont des paramètres avec lesquels les restaurateurs vont devoir désormais, composer. La numérisation semble être un élément de stabilisation de l’activité et les restaurateurs pourraient surprendre encore dans leur capacité à poursuivre leur transformation digitale.

Alix Momcilovic – NutriMarketing

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>