Cholestérol Jackpot

Merci à Michel de Gentile pour l’illustration 

Comprendre le lien entre alimentation et maladies cardio-vasculaires

Pour comprendre l’épidémie de maladies cardio-vasculaires, l’épidémiologie est bien utile.  Mais une approche métabolomique doublée d’anthropologie pourrait aussi nous ouvrir les yeux.

Ainsi, si nous comparons la composition du lait maternel, on peut constater que c’est un mélange de gras et de sucres avec une majorité de graisses saturées et de cholestérol.

Composition nutritionnelle du lait de vache

  Lait Maternel Lait de vache
Protéines g 1,03 3,15
Lipides g 4,38 3,25
Dt ac gras saturés g 2,009 1,865
Dt ac gras monoinsaturés g 1,658 0,812
Dt ac gras polyinsaturés g 0,497 0,195
Cholestérol  mg 14 10
Glucides g 6,89 4,8
Sucres g

Dont lactose g

Oligosaccharides

6,89

6,3

1,2

5,05

5,05

0

  Usda Moyenne Usda moyenne

 

Mais pourquoi parler du lait maternel à propos des maladies cardio ?

Parce que justement, en ne donnant pas ce qu’il faut à un individu DES LA NAISSANCE, celui-ci comprend qu’il n’a pas assez de cholestérol pour la construction de son cerveau et de ses membranes nerveuses : il le fabrique, donc.

La richesse du lait maternel en graisses saturées et en cholestérol, qui n’est pas respecté dans les laits infantiles, pourrait être à l’origine de cette sensibilité durant les années suivantes : les maladies cardio-vasculaires seraient donc des maladies du berceau.

Vous allez me dire « m… le mal est fait ! ».

Non : il peut se réparer. Laissons parler l’épidémiologie.

Des chercheurs ont tenté d’analyser  un bouquet d’études afin de comprendre comment ces pathologies ont pu se développer finalement très rapidement.

Plusieurs études cliniques ont été entreprises, incluant l’étude de Lyon, qui a montré clairement que la mortalité et la morbidité par maladies cardiovasculaires sont significativement moins élevées dans les régimes méditerranéens comparés au contrôle. Une étude prospective sur un groupe de femmes d’âge similaire a montré qu’une alimentation avec un index glycémique bas permettait de réduire les maladies cardiovasculaires. De nombreuses études sur les différents composants alimentaires n’ont pas pu déterminer tel ou tel aliment, mais plutôt qu’un équilibre global était nécessaire.

Aujourd’hui, les experts estiment qu’une diète optimale pourrait prévenir non seulement les maladies cardiovasculaires, mais aussi certaines formes de cancers et d’autres pathologies chroniques comme le diabète sucré de type II.

Le régime consiste en beaucoup de fruits et légumes, de poissons, moins de sel et de sucre et plus de céréales non raffinées, de légumineuses et de fruits secs.

Passer d’une notion générale d’alimentation méditerranéenne à tester ces aliments dans des analyses cliniques, à tester des nutriments comme agents de prévention, la conclusion est qu’une alimentation saine dans le cadre d’un mode de vie sain, avec une quantité appropriée d’activité physique, un bon sommeil et moins de stress sont les meilleurs moyens pour avoir une santé cardiaque durable.

Que du bon sens « déjà vu » ?

Allaitez ou surveillez bien la composition du lait infantile de votre bébé*.

Mangez sereinement avec une immense priorité pour les mets végétaux.

 

Yngve A. Am J Lifestyle Une perspective historique pour comprendre le lien entre alimentation et maladies cardio-vasculaires Med. 2009;3(1 Suppl.):35S-38S. Unit for Public Health Nutrition, Department of Biosciences and Nutrition, Karolinska Institutet, Stockholm, Sweden.

*Gamme Babybio  – Laits infantiles BIO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>