Le confinement, c’est déprimant. Le déconfinement, c’est pire ! Retour sur de mauvais moments

Constat fait 

Le Baromètre « Impact de la crise sanitaire sur la santé psychologique des salariés » Opinion Way pour Empreinte Humaine, a été réalisé en ligne. Les interviews ont été faites du 31 mars au 8 avril 2020 auprès d’un échantillon de 2003 salariés représentatif et constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de secteurs d’activités, de nature d’employeur et de taille d’entreprises. La mesure de la détresse psychologique se base sur un indicateur validé scientifiquement traduit en 25 langues dans des centaines de publications scientifiques. Il est un indicateur précoce d’atteinte à la santé mentale qui évalue la dépression et l’anxiété. Il s’agit d’un indicateur qui identifie, dans une population, les personnes qui sont plus à risque d’ être atteintes de troubles mentaux sérieux.

Les résultats sont nets : 44 % des sondés sont en situation de détresse psychologique et 25 % présentent un risque de dépression nécessitant une prise en charge.  ça vous étonne ?

Au début, tout allait bien : enfin chez soi ! On a fait la totale : manucure, pédicure, grand soin de visage, gommages, grasse mat’… puis pareil pour le ménage en grand. Jamais votre chez-soi n’a été aussi propre ! Puis, l’ennui, qui fait tourner en rond, les premiers kilos en trop, l’image de soi qui dégringole, avec le jogging et le vieux pull troué. Les conf call se font sans caméra, pas pour une question de qualité de réseau, mais parce que vous ne voulez pas qu’on voit votre teint de navet, les poches sous les yeux et le cheveu défait.  Les femmes sont les plus touchées !

Le couple en prend un coup aussi : jamais on n’a vécu aussi longtemps ensemble, dans un si petit espace ! Et les enfatns à gérer ? Ce sont les écrans qui les surveillent, et tant pis si l’école virtuelle ne tient pas son rôle.

Bref : c’est un grand « lâcher prise » qui s’opère. Même plus envie de dépenser des sous ni de partir en vacances, et même plus envie de sortir du confinement !

Grâve.

Opinion way poursuite : 70% des personnes estiment que leur entreprise fait le maximum pour les aider, d’abord les collègues (79%), puis leur N+1 (70%). Viennent ensuite la direction de l’entreprise (67%), et bien dernier, le DRH…

Bonne nouvelle : vous n’êtes pas seul(e).

Partagez ici votre sentiment, vos idées, vos impressions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>