Fast food et nutrition

Voici bien un sujet dont on parle beaucoup et qui pourtant ne représente que 5 % des apports alimentaires des adultes français : le fast food. Ce type de restauration hors domicile est, certes, en berne en ce moment. Pourtant, en février dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation publiait un  rapport sur ce sujet et concluait  que certains « groupes d’aliments comme les sandwiches, pizzas, tartes, et les boissons rafraîchissantes sans alcool sont consommés en quantités importantes. Oui : c’est même le principe du truc.

Des « apports nutritionnels dégradés »

Carine Dubuisson, l’une des coordinatrices de l’étude nous dit que ce n’est pas tellement la quantité des nutriments qui va être différente, mais leur nature.

En effet, au lieu de fruits, on a le sucre de boissons sucrées, et les lipides sont apportés par les préparations plus ou moins complexes qui font le succès de cette restauration.

Alors bien sûr : les produits généralement consommés dans ce type d’établissement va ainsi à l’encontre des recommandations de l’agence qui recommande via son 4e PNNS de consommer moins de boissons sucrées, de viande, d’aliments gras, sucrés, salés et ultra-transformés, mais de privilégier les fruits, les légumes et les légumes secs.

L’ANSES explique par la suite que « l’objectif du rapport n’est pas de stigmatiser la restauration rapide, mais de faire un constat et de proposer des pistes d’amélioration comme la réduction du sel, du sucre ou de la taille des portions.

Je mets en garde, notamment sur le fait que les dits établissements ne proposent pas d’alternative aux desserts pâtissiers ou glaciers que l’on ne prendrait pas à la maison, comme yaourts, compotes de fruits ou fruits frais. De même, lorsqu’on pousse la porte de ces échoppes, c’et que l’on a faim (puisque tout le monde sait que les frites froides sont définitivement plus mangeables). Et ventre creux n’a plus d’oreille. C’est précisément le moment où l’on fera tous les moins bons choix, même nous Nutritionnistes ! Alors sachez-le et tentez de décider – avant d’avoir trop faim – du menu que vous commanderez.

En outre, nous savons tous que les fast food sont attirants par les frites que l’on ne mange pas ailleurs : les frites sont des frites et profitez-en. En revanche, composer un menu avec 2 produits frits (frites nuggets) n’est pas acceptable. Puis je suggérer haut et fort à ces enseignes qu’elles apprennent à proposer des salades savoureuses dignes de ce nom, et non pas ces rapures de chou fades, dures et finalement impossibles à brouter ?

Certaines enseignes nées en France ont l’ADN gastronomiques cher aux Français. Par exemple PAUL, qui propose du vrai pain (et pas des buns ou du pain de mie insipide et vide de sens nutritionnel) garni de vrais aliments frais : vraies salades, vrais fromages (et pas de fromages fondus aux sels de fonte), vraies sauces cuisinées (et pas de mayo en plastique) et es ingrédients de qualité. Il y en a d’autres : il suffit d’ouvrir les yeux, avant d’ouvrir la bouche.

Comprenez que l’important est d’acheter rapidement un repas équilibré et bien choisi et de le savourer au calme, tranquillement : c’est ça le fast food à la Française.

Bon appétit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>