Des mots contre les maux

Un jour viendra où la Nutrition comprendra que son champ de compétence devrait couvrir pour moitié les données physiologiques et biomoléculaires, et pour moitié les aspects comportementaux et psychologiques.PdeSaintO

S’alimenter est un langage social : à travers l’acte alimentaire, on exprime des sentiments, une appartenance à un groupe social, on dit ses maux avec des coups de fourchette… ou pas.

L’anorexie est un appel à l’aide. Un appel au secours, des cris et des larmes. Personne ne peut comprendre ça ? Les médecins qui punissent, enferment, isolent … font l’exact opposé de ce qui serait souhaitable.

La boulimie isole, désocialise, élimine de la société : le médecin ne peut pas l’entendre ? Pathologie sans mots, pour la déceler, il faut de la finesse et surtout : inspirer confiance.

L’obésité, pour certains patients, est une armure constituée contre … le monde extérieur ? Les craintes d’agression extérieure – sexuelle, professionnelle, sentimentale … – ôter l’armure protectrice, c’est tuer l’enfant qui est dedans et qui a peine à grandir. Je dis bien « l’enfant », car cette obésité-là fige le développement sentimental.

Ecoutez les mots qui disent les maux… surtout lorsque les mots ne sont pas dits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>